Vous êtes ici

Coronavirus : Les agents du Département fortement mobilisés !

Date: 
14/04/2020

FACE À LA CRISE DU COVID-19, LES AGENTS DU DPARTEMENT ET NOS PARTENAIRES FONT PREUVE D'UN ENGAGEMENT TOTAL POUR ASSURER LA CONTINUITÉ DE LEURS MISSIONS DE SERVICE PUBLIC.

Certains sont restés sur le terrain, au plus près des usagers et des personnes les plus fragiles, tout en respectant, scrupuleusement, les consignes d’hygiène et de distanciation. Il s'agit des sapeurs-pompiers, des sapeurs-forestiers, des ingénieurs et techniciens chargés de l'entretien des routes et des barrages, des infirmiers et médecins de PMI, des éducateurs, des assistants maternels et familiaux, des auxiliaires de vie....

D'autres se sont adaptés pour poursuivre leurs missions de solidarité à distance, comme les assistants de service social, les secrétaires et les conseillers RSA. Grâce à eux, les personnes âgées ou en situation de handicap, et les allocataires RSA ont pu continuer à percevoir leurs allocations de solidarité. Les​ Maisons des Solidarités se sont organisées en "Brigade d'Urgence Sociale", pour venir rapidement en aide aux plus démunis et mettre à l'abri les personnes victimes de violences.

« En conjuguant prudence, patience, détermination et solidarité, nous ferons face, tous ensemble, à cette drôle de "guerre". L'intérêt collectif majeur n'est que l'addition de volontés individuelles fortes. »

Kleber Mesquida, Président du Département

ASSURER LA CONTINUITÉ PÉDAGOGIQUE

Depuis le début du confinement, le Département a lancé une grande opération de prêt de 1400 ordinateurs aux familles de collégiens ne disposant pas d’équipement informatique à leur domicile. Par cet acte fort de solidarité, Kléber MESQUIDA, Président du Département, a souahité lutter contre la fracture numérique et les inégalités qui touchent les plus fragiles pendant cette crise COVID-19. 

En cette période de confinement, la priorité est à la continuité pédagogique des enseignements. En concertation avec le Rectorat et les équipes pédagogique des collèges, un recensement des familles non équipées s’est ainsi engagé depuis le début de la pandémie du COVID-19. Une grande majorité de ces ordinateurs a été prêtée aux familles. Les derniers leur seront remis à la rentrée des vacances de pâques. Ces achats permettront à terme de remplacer les postes informatiques en voie d’obsolescence et de moderniser les équipements des collèges du Département.  

« Le confinement ne fait qu’accentuer les difficultés des élèves. C’était une grande inquiétude des enseignants, cette fracture numérique. Ce prêt d’ordinateur, c’est un message énorme. », Yolaine Lopez, principale du collège des Aiguerelles - Montpellier

« Comme je n’ai pas les moyens d’avoir un ordinateur à la maison, le collège m’a appelé pour avoir cet ordinateur, comme ça, mes enfants ne seront pas en retard », Une maman de collégien, rassurée.

SOUTENIR LES PERSONNES ÂGÉES ET EN SITUATION DE HANDICAP

Depuis le début du confinement, les auxiliaires de vie poursuivent leur mission d’aide à domicile (aide aux courses, entretien, toilettes) auprès de personnes âgées et handicapées isolées ou loin de leur famille.

« La continuité du service m’a énormément rassuré. Je remercie les auxiliaires de vie et le GIHp d’être présent même en période de crise sanitaire. Grâce à eux, j’ai pu rester chez moi », se réjouit Benoit Jourdheuil, bénéficiaire du GIHP.

« Mon rôle est essentiel pour maintenir le lien social et soutenir les personnes handicapées » Amandine, auxiliaire de vie

Coûte que coûte, Amandine, auxiliaire de vie, est présente aux côtés des bénéficiaires. « Mon rôle est essentiel pour maintenir le lien social et soutenir les personnes handicapées »

Pour d’autres, les familles ont pris le relais par crainte de la transmission du coronavirus. Pour autant le contact n’est pas rompu, leurs assistantes de vie les appellent régulièrement.

AIDER LES PARENTS D'ENFANT EN SITUATION DE HANDICAP

Vous avez un enfant en situation de handicap à domicile ? Pour vous aider à faire face à cette période difficile, la fédération nationale Grandir Ensemble a mis en ligne une plateforme d'écoute et de conseils personnalisés. Vous y trouverez des solutions concrètes pour organiser votre quotidien, ainsi que la possibilité d'échanger avec d'autres familles en visio-conférence. En savoir plus

Si votre enfant est victime de troubles autistiques, vous pouvez également télécharger le guide "Comment vivre le confinement avec un enfant autiste", publié par la délégation interministérielle à la stratégie nationale pour l'autisme. En savoir plus

BON A SAVOIR : Confinement allégé pour les personnes en situation de handicap.

Sur certificat médical ou justificatif de la MDPH
, les parents d'enfants en situation d'handicap peuvent accompagner leurs enfants sur des lieux de promenade habituels où ils se sentent en sécurité. Ou bien leur faire faire un tour de voiture, si cette solution permet de les apaiser. En savoir plus 

SUR LE BASSIN DE THAU, NOS ASSISTANTES DE VIE POURSUIVENT LEURS MISSIONS AUPRÈS DES PERSONNES ÂGÉES ET HANDICAPÉES ISOLÉES OU LOIN DE LEUR FAMILLE

Depuis le début  du confinement, sur le bassin de Thau70 assistantes de vie poursuivent leur mission d’aide à domicile. Comme beaucoup de services d’aide à domicile, Objectif Emergence accuse une diminution de ses interventions. Malgré cela, les assistantes de vie se sont réorganisées pour maintenir un lien et les habitudes des bénéficiaires. 

 Sabine Périchon est responsable de service. Son rôle est de rassurer et de soutenir ses équipes. Elle se fait un devoir d'être présente tous les jours à l'agence.

ASSURER LE SUIVI DE SANTÉ DES ENFANTS DE MOINS DE 6 ANS

Le service de Protection Maternelle Infantile (PMI) du Département poursuit ses missions les plus urgentes : le suivi des femmes enceintes, celui des nourrissons et reçoit  pour des consultations urgentes de planification. Les familles et leurs nouveau-nés continuent à être reçus selon des horaires redéfinis. Les rendez-vous non prioritaires sont reportés jusqu’à la fin du confinement, mais les équipes restent joignables par téléphone pour toute demande d’assistance.

Au sein des Maisons Départementale de la Solidarité, 15 services territoriaux PMI répartis sur tout le territoire et composés de professionnels qualifiés (médecins, sages-femmes, puéricultrices, infirmières) effectuent des consultations pédiatriques, des vaccinations, des consultations classiques de suivi de grossesse ou d’accès à la contraception d’urgence ou à l’IVG, de soutien à l’allaitement.

Vous pouvez bénéficier de consultations pour vos enfants, sur  rendez-vous, sans avance de frais, par un médecin assisté d’une puéricultrice ou avec  une sage-femme. Votre enfant peut aussi être vacciné au cours d’une consultation. Selon la situation, une visite à domicile par une puéricultrice ou une sage-femme peut être organisée. L’objectif : promouvoir la santé, s’assurer du bon développement d’un bébé à naitre et de vos enfants de moins de 6 ans.

Attention, les équipes PMI n’ont pas vocation à soigner les personnes atteintes ou suspectes du COVID-19, qui sont dirigées vers les autres centres de soins libéraux ou hospitaliers. 

POURSUIVRE LA VACCINATION

​« Il est important de poursuivre la vaccination des enfants. Une coqueluche ou une rougeole peuvent avoir des conséquences gravissimes chez l'enfant. »

Florence Nemorin, Médecin service PMI de l'Hérault




PROTÉGER LES VICTIMES DE VIOLENCES FAMILIALES

SÉVERINE EST INTERVENANTE SOCIALE EN GENDARMERIE (ISCG), POUR LE DÉPARTEMENT. ELLE TÉMOIGNE DES DIFFICULTÉS RENCONTRÉES PAR LES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCE, DEPUIS LE DÉBUT DU CONFINEMENT : 

« Le confinement engendre des situations  à risques plus importantes pour les femmes victimes de violences et leurs enfants du fait, de la présence  24h sur 24 et  7 jours sur 7 du conjoint ou parent violent. Cela suppose une adaptabilité et une vigilance supplémentaire de notre part. Nous cherchons à maintenir le lien avec les victimes de différentes manières, par SMS ou mails. Depuis le début du confinement, un simple SMS au 114 permet d'alerter les services sociaux sur une situation à risque. A noter que les victimes peuvent également se rendre en pharmacie pour demander un accompagnement ou une mise à l'abri immédiate. 

La fermeture aux publics des structures daide et daccompagnement des victimes nous a demandé de réajuster nos réponses. Dans cette situation inédite, tous les partenaires ont proposé des solutions alternatives : permanences téléphoniques juridiques, psychologiques, éducatives. Nous pouvons aussi compter sur le concours de la Délégué Départementale des Droits des Femmes et à  lEgalité, dont les informations hebdomadaires (recensement des associations et institutions) nous permettent dorienter et daccompagner au mieux les personnes. Lhébergement reste lune des questions importantes. Même si l’éviction du conjoint violent est censée être la règle, il marrive de devoir réfléchir avec la victime à une solution dhébergement alternative. Bien que lEtat et le Département  financent des nuits dhôtels pour les victimes, cette solution nest pas toujours la meilleure quand il y a des enfants. Depuis le début du confinement, de plus en plus de proches se mobilisent pour accueillir les victimes. »

« Vous avez besoin d'être écoutée, accompagnée, protégée, logée en urgence avec vos enfants ? Appelez-nous au 39 19 » Séverine, intervenante sociale en gendarmerie

3919 Pour toute urgence

115 Urgence hébergement

114 SMS gratuit si vous ne pouvez pas parler
119 - ALLO ENFANCE EN DANGER

Vous êtes un enfant, un adolescent et vous pensez être victime de violences ? Vous êtes un mineur inquiet pour l'un de vos camarades ? Vous êtes un parent en difficultés avec ses enfants ? Vous êtes un adulte préoccupé par une situation d'enfant en danger ou en risque de l'être ?

Vous pouvez directement composer le 119 (24h sur 24, 7j/7).

Vous  pouvez également nous écrire via ce formulaire. Nos professsionnels vous répondront dans les meilleurs délais.

Attention ! Ce formulaire n'a pas vocation à traiter l'urgence. En cas de danger grave et immédiat, contactez les services de première urgence : les services de polices ou de gendarmerie (17 ou 112), les pompiers (18 ou 112) ou le Samu (15).

"BRIGADES D'URGENCE SOCIALE" : LES ASSISTANTES SOCIALES AUPRÈS DES FAMILLES

Dès le début du confinement, les Maisons des Solidarités (MDS) du Département se sont organisées pour répondre aux urgences sociales, tout en se protégeant du Covid-19. Elles ont ainsi mis sur pied des "Brigades d'Urgence Sociale" pour traiter sur site les demandes ou situations les plus urgentes. 

REPORTAGE À LA MDS DU BITERROIS, OU CHARLOTTE VIDAL, ASSISTANTE SOCIALE, ASSURE DES PEMANENCES AU SEIN DE LA BRIGADE D'URGENCE SOCIALE :

 

« En présentiel ou à distance, nous sommes tous mobilisés pour répondre le plus rapidement possible aux urgences sociales », Charlotte Vidal, assistante sociale à la MDS du Biterrois.

L’équipe présente traite le plus rapidement possible, dans la journée, toutes les situations d'urgence sociale, telles que les aides à la subsistance, les mises à l'abri de victimes de violences, la protection de l'enfance.... Les situations qui nécessitent une intervention auprès des familles, sont gérées en respectant les consignes sanitaires et gestes barrières. Les demandes moins urgentes sont transmises aux professionnels en télétravail qui recontactent les personnes, évaluent et assurent un traitement.



Pour joindre les Maisons des Solidarités (actions sociales, aides au logement, protection maternelle et infantile...) :

Tous les jours, de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30
  • MDS du Biterrois 04 67 67 45 00
  • MDS Cœur d'Hérault Pic Saint Loup 04 67 67 44 00
  • MDS Petite Camargue 04 67 67 55 20
  • MDS Etang de Thau 04 67 67 76 99
  • MDS Haut Languedoc Ouest Hérault 04 67 67 47 10
  • MDS du Montpellierain 04 67 67 50 00

MAINTENIR LES DROITS DES ALLOCATAIRES RSA


« Des mesures exceptionnelles ont été prises pour simplifier les procédures des allocataires RSA » Marie-Cécile, conseillère RSA

Depuis le début du confinement, Marie-Cécile gère ses dossiers à distance, depuis son domicile. « Sur notre secteur, nous sommes une équipe de 13 agents à être sur le pont tous les matins. Notre mission est de faire en sorte qu’aucun allocataire du RSA ne reste sur le bord de la route. Pour cela nous appliquons les mesures exceptionnelles demandées par le Président Kleber Mesquida : « aucune prestation suspendue, des procédures administratives facilitées et resserrer les liens avec nos partenaires». Ma mission consiste surtout à rassurer les allocataires qui appellent ou qui envoient des demandes par mail (concernant la continuité des versements, leurs obligations, les rdvs à venir etc …) Grâce à ce travail d’équipe et de tous nos partenaires, nous passons cette crise du mieux que nous pouvons ! »

« Nous nous mobilisons pour qu'aucun allocataire ne soit privé de ses droits et que les démarches soient simplifiées au maximum. » Le service des droits RSA du Département, dirigé par Laure Graczyk

PLUSIEURS MESURES EXCEPTIONNELLES POUR LES ALLOCATAIRES DU RSA

Sur décision de Kléber MESQUIDA, Président du Département de l’Hérault, plusieurs mesures exceptionnelles de solidarité sont entrées en vigueur dès le début du confinement. L’objectif : qu’aucun allocataire du RSA ne soit privé de ses droits et que ses démarches soient simplifiées au maximum.

Ouverture ou reprise des droits :

  • Une ouverture automatique des droits pour une durée de 3 mois sera mise en place pour toute nouvelle demande nécessitant un avis d’opportunité du Département avant le paiement par la CAF (travailleurs indépendants, ressortissants européens). La révision du dossier sera effectuée à l’échéance des trois mois.
  • Une reconduction automatique par la CAF sera instaurée pour toute demande de renouvellement de droits.

Ce nouveau dispositif est assuré en étroite collaboration avec la CAF, la MSA et la paierie départementale. Par ailleurs et jusqu’à nouvel ordre, les radiations sont gelées.

« Nous traversons une période exceptionnelle et toute notre attention doit être tournée vers les personnes les plus fragiles. J’ai demandé aux services du Département d’être totalement mobilisés vers cette priorité. Et j’ai pris la décision d’accorder plusieurs mesures d’urgence à caractère social. Aucun Héraultais ne doit rester sur le bord de la route » Kléber MESQUIDA, Président du Département

PRÉVENIR LES EXPULSIONS LOCATIVES

En période de confinement, les agents du Service "Action Sociale et Logement" du Département assurent une continuité de services auprès des Héraultais en difficulté.

Voici leur témoignage : 

« Sur place ou en télétravail, nous intervenons sur la prévention des expulsions locatives et nous traitons les demandes d’aides financières relevant du Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL) de façon à permettre aux familles d’en bénéficier. Pour faciliter le travail des services sociaux des territoires, nous acceptons les dossiers totalement dématérialisés ».
Le fonds de solidarité logement assoupli 

Pour tenir compte de la précarité que certaines familles risquent de subir, le Département assouplit les règles d’attribution du fonds de solidarité logement.

SURVEILLER ET SÉCURISER LE RÉSEAU ROUTIER

Tous les jours, les agents du Pôle Routes et Mobilités du Département effectuent des patrouilles pour surveiller le réseau routier. Ils interviennent en urgence avec les sapeurs-pompiers en cas d'accident. Car même s'il y a moins de trafic, certain.e.s Héraultais.es roulent trop vite !


« Chaque jour, nous intervenons pour nettoyer et sécuriser le réseau routier. Soyez prudents et gare aux excès de vitesse ! » Yann Vandingenen, chef du centre d'exploitation de Mèze

​Les agents des routes réparent également les trous dans la chaussée, remplacent les panneaux de signalisation cassés, et nettoient les accotements. « Avec la fermeture des déchetteries , on a constaté des  dépôts sauvages sur les bords de routes, déplore Yann Vandingenen, chef de centre d'exploitation de MèzeSi vous profitez de votre temps libre pour bricoler ou jardiner, gardez vos déchets chez vous ! »

Rappelons qu’il est interdit de laisser des encombrants dans la nature, sur le trottoir, devant les points tri ou aux portes des déchetteries. Les sanctions vont jusqu'à 1500€ d’amende et la confiscation du véhicule.
 Pendant la crise, soyons responsables et solidaires ! 
Pour suivre le trafic en temps réel et l'état du réseau routier, rendez-vous sur la matinale de France Bleu Hérault (101.1 FM) et sur https://inforoute.herault.fr/

DÉPISTER ET PROTÉGER LES ANIMAUX 

« Les animaux de compagnie ne représente aucun danger pour nous. Il n’y a aucune raison de les abandonner en cette période de confinement » Nicolas KECK, directeur du laboratoire départemental vétérinaire

Malgré le confinement, le laboratoire départemental vétérinaire maintient son activité afin que les agriculteurs puissent poursuivre leurs activités dans de bonnes conditions. Les vétérinaires vont faire des prélèvements sur le terrain. Ceux-ci sont ensuite analysés afin de maintenir la qualification des élevages vis-à-vis des maladies concernées. « Les animaux de compagnie ne représente aucun danger pour nous. Il n’y a aucune raison de les abandonner en cette période de confinement. En revanche, si on est infecté par le Covid-19, ou suspect de l'être, il faut éviter de se faire lécher le visage par son animal de compagnie, car il risquerait de l'attraper ! » explique Nicolas KECK, directeur du laboratoire départemental vétérinaire.