Votre version de navigateur Internet n’est pas compatible.

Le navigateur en cours d’utilisation ne permet pas d’accéder à toutes les fonctionnalités du site.
Pour une meilleure expérience, utilisez la dernière version du navigateur de votre choix

Site du Département de l'Hérault

06 avril 2018

Thématiques Culture

La salle de spectacle de Sérignan, offre un lieu magique, propice à la découverte et à la création artistique.

Sa grande scène modulable donne sur le « Parc rayonnant » de l’architecte Daniel Buren, une œuvre qui s’ouvre comme un éventail sur la plaine biterroise.

Baignant dans une lumière naturelle, la scène de La Cigalière constitue sans nul doute l’un des plus beaux plateaux de la région. Tant pour les créations de danse contemporaine que pour les résidences d’artistes. De la compagnie québécoise Les 7 Doigts de la main (Réversible) au collectif de hip-hop Pockemon Crew (Hashtag 2.0), en passant par les musiciens-comédiens déjantés de Zorozora, des artistes internationalement reconnus s’y succèdent.

Le directeur artistique de la salle, Marc Boudet, met un soin particulier à sa programmation riche et variée : théâtre, musique, danse et arts du cirque, d’octobre à juin, un mois dédié en particulier aux pratiques amateurs et aux spectacles de fin d’année.


« Cette salle est extraordinairement belle », confie Marc Boudet. « Elle permet une grande proximité avec le public. » Côté coulisses, les artistes ont droit à toute son attention, et ce, dès leur arrivée en gare. « J’aime bien tisser ce lien avant les représentations, avant que le stress ne s’empare des esprits », explique-t-il. Le directeur aime aussi créer des rencontres, parfois inattendues, entre des jeunes en échec scolaire, par exemple, et des groupes locaux ou des artistes de renom. « Peu importe la renommée. Ce qui compte c’est que tout le monde se retrouve dans la programmation. »

Ici se sont produits Emir Kusturica, Féfé, Amadou & Mariam, Susheela Raman et Maceo Parker. En février, la salle a accueilli le 8e Festival Chants d’(H)ivers, consacré aux voix de femmes et au répertoire des années Canetti (1950-1970).

Au printemps, le choix risque d’être difficile entre Calypso Rose, R.Wan et Oldelaf, Lisa Simone et General Elektricks. « Ici, on ne choisit pas, on prend une formule abonnement, et on se fait plaisir ! » estime le directeur.

Toute l’actualité

Vous pourriez être intéressé(e) par…

Haut de page