Votre version de navigateur Internet n’est pas compatible.

Le navigateur en cours d’utilisation ne permet pas d’accéder à toutes les fonctionnalités du site.
Pour une meilleure expérience, utilisez la dernière version du navigateur de votre choix

Site du Département de l'Hérault

Appuyez sur le bouton ci-contre pour sortir en urgence et effacer l’historique. Par précaution l’accès à cette page sera bloqué pendant 4 heures. 

Contre les violences conjugales le Département est présent, quelle que soit votre question :

Suis-je victime de violences conjugales ?

J’ai besoin d’aide en urgence

Qui contacter ?

Je suis témoin, comment agir ?

La violence conjugale n'est pas un conflit de couple dont l'issue est incertaine, mais un processus de domination. Il s'agit d'une stratégie qu'un agresseur utilise pour avoir l'emprise sur sa victime.

Personne n'est à l'abri de ce type de violences. Elle sévit dans toutes les catégories sociales, économiques et culturelles, en milieu urbain ou rural et quel que soit le contexte éducatif ou religieux.

Si vous vivez une situation de violence conjugale, n’ayez aucune culpabilité. La loi vous protège et des solutions existent, mais la première étape est d’oser en parler. A ses amis, sa famille, son médecin, à des travailleurs sociaux…

Nos professionnels et partenaires sont là, contactez les pour faire vous accompagner !

Vous bénéficierez entre autre d’un accompagnement sur mesure pour être écoutée et épaulée, logée en urgence, avoir un soutien juridique, retrouver une autonomie financière.

173 morts violentes au sein des couples, dont 146 femmes, soit 1 féminicide tous les 2,5 jours : les derniers chiffres français, datant de 2019, sont insupportables. 

Suis-je victime de violences conjugales ?

Toutes les violences conjugales sont interdites par la loi, qu'elles visent une femme ou un homme, qu'elles soient physiques ou sexuelles, psychologiques, verbales (voire de harcèlement), économiques ou administratives. Il s'agit des violences commises au sein des couples mariés, pacsés, en union libre ou séparés. Mesurez si votre relation amoureuse est basée sur le consentement et comporte ou pas des violences* :

Voir l'image en grand

* Créé en Amérique latine, le violentomètre a été repris par la Mairie de Paris, les Observatoires des violences faites aux femmes de Paris et Seine-Saint-Denis et l'association En Avant Toute(s). Il a ensuite été adapté par le Centre Hubertine Auclert à la demande du Conseil Régional d’Ile de France.

Si vous vous êtes reconnue dans l’une de ces situations, nous sommes là pour vous aider.

J’ai besoin d’aide en urgence

En cas de danger immédiat, appelez le 17, dédié à toutes les situations mettant en danger la sécurité des personnes, par exemple pour signaler une agression en cours ou une personne en danger. 7j/7, 24h/24, appel gratuit

Si vous avez besoin d’être hébergé(e) en urgence quand les services sociaux sont fermés, contactez le 115, urgence hébergement. 7j/7, 24h/24, appel gratuit

Le 39 19 est le numéro d’écoute national Violence Femmes Info, numéro de référence pour les femmes victimes de violences. Il propose une écoute, il informe et oriente vers des dispositifs d'accompagnement et de prise en charge. 24h/24, 7j/7, appel gratuit et anonyme.

Qui contacter ?

Vous êtes victimes de violences conjugales et vous ne savez pas quoi faire ? A qui vous adresser ? Par où commencer ?

La première étape est d’en parler.

Pour cela vous pouvez contacter un professionnel formé pour vous écouter, vous recevoir, et vous accompagner.

Cette aide sera gratuite et vous n’avez pas à porter plainte pour en bénéficier.

Vous bénéficierez d’un accompagnement sur mesure et dans la durée, pour l’accès :

  • aux droits
  • aux soins
  • au logement
  • une mise à l’abri
  • une aide psychologique

Il existe de nombreux professionnels dans l’Hérault, tous travaillent en réseau. Quelle que soit votre porte d’entrée, ils se concerteront ensemble et un parcours complet sera mis en place, adapté à votre situation et vos besoins personnels.

Voici les professionnels que vous pouvez contacter :

1 - Les travailleurs sociaux

Les Intervenants Sociaux en Commissariat et Gendarmerie sont des professionnels spécifiquement formés à l’aide aux victimes de violences conjugales. Vous pouvez les contacter par téléphone, et/ou les rencontrer dans le lieu que vous leur désignerez. Ils sont basés en commissariat ou en gendarmerie. 

Voir l'image en grand

1 468 personnes reçues par les ISCG en 2020

« Je suis là pour écouter la victime et lui faciliter les choses. Mon objectif : qu’elle soit en sécurité et que les violences s'arrêtent. » Estelle, intervenante sociale en gendarmerie.

Vous pouvez également contacter l’un des 770 travailleurs sociaux et médico-sociaux employés par le Département pour accompagner les personnes en difficulté dans l’Hérault.

Contactez par téléphone ou rendez-vous physiquement au service départemental des solidarités le plus proche de chez vous :

  • Lunel-Petite Camargue : 04 67 67 55 20
  • Montpelliérain : 04 67 67 51 50
  • Cœur d’Hérault Pic St-Loup, Clermont-l’Hérault : 04 67 67 44 00
  • Etang de Thau, Frontignan : 04 67 67 76 99
  • Haut Languedoc Ouest Héraultais, Bédarieux 04 67 67 47 15 / 47 16
  • Biterrois, Béziers : 04 67 67 45 00

Pour connaitre la structure la plus proche de chez vous cliquez ici

La mise à l’abri des victimes. Il existe plusieurs solutions d’hébergement mobilisables pour les victimes de violences conjugales : mises à l’abri en urgence, hébergement de stabilisation le temps d’avancer dans les démarches administratives. Un travailleur social pourra  vous orienter vers une de ces dispositifs en fonction de votre situation et de vos besoins.

2 - Les services hospitaliers et de médecine libérale

Ces équipes vous examinent, vous soignent et attestent des violences que vous avez subies.

  • Les urgences des services hospitaliers vous reçoivent tous les jours, 24h/24h.
  • Votre médecin traitant saura vous conseiller et vous diriger vers les services adaptés.  

3 - Les partenaires et associations Héraultaises

Accueil, écoute, informations, accompagnement, conseils juridiques et hébergement … Le Département travaille avec de nombreuses associations sont là pour vous aider et vous conseiller.

Organisme Contacts Actions Site web Téléphone Informations complémentaires
CIDFF Permanences dans 25 communes de l'Hérault. Contactez la plus proche de chez vous ! : https://herault.cidff.i nfo/permanencescidff/p-52 Informations sur les démarches notamment juridiques, soutien psychologique. Des permanences sont proposées sur nombreuses communes du Département https://herault.cidff.info/ 04 67 72 00 24 (siège)  
France Victime 34 Permanence dans 20 communes de l'Hérault. Contactez la plus proche de chez vous ! : https://francevictim es34.fr/antennes/ Informations et conseils relatifs aux démarches juridiques. Des permanences sont proposées sur plusieurs communes du Département https://francevictimes34.fr/ 04 67 60 61 78 (siège)

Question juridique

juristes@france-victimes-34.fr

Question psychologique

psy@france-victimes-34.fr

Via Voltaire 1, rue Voltaire - 34000 - Montpellier Du lundi au vendredi, sur rdv Prise en charge psychologique des auteurs de violences pour prévenir les récidives. Prise en charge psychologique des enfants exposés aux violences conjugales https://www.viavoltaire.fr/ tél Montpellier: 04 67 60 84 80 Tél. points écoute du territoire : 04 67 56 02 69
AMAC Béziers 34 rue Etienne Dolet 34500 Béziers Soutien à la parentalité. Mesure Accompagnement Protégé (encadre le droit de visite du père et propose un dispositif sécurisant pour tous) pas de site internet 06 18 01 75 30 associationamac@laposte.net
Planning Familial de l’Hérault d'accueil à Montpellier, Lunel et Agde https://www.plannin g-familial.org/fr/leplanning-familial-delherault34#undefined Ecoute et informations https://www.planning-familial.org/fr 04 67 64 62 19  
Centre Elisabeth Bouissonnade (CCAS de Montpellier) Montpellier (Pour des raisons de sécurité l'adresse de ce lieu ne peut être communiquée) Plateforme d’écoute pour l’Hérault : écoutes, informations Pas de site internet 04 67 58 07 03 Du lundi de 9h à 13h et du mardi au vendredi, de 12h à 17h

 

Pays de Lunel, Vallée de l’Hérault, Clermontais, Pays de l’Or, Bassin de Thau, Ganges, Agde, Pézenas, Grand Orb  …. 13 protocoles de mises à l’abri ont déjà été signés sur le territoire héraultais. Le Département, les collectivités locales et l’Etat s’accordent pour mettre à l’abri les personnes victimes de violences intrafamiliales, en dehors des horaires d’ouverture (soirs et weekends), dans le cas où la situation financière de la personne le nécessite et en l’absence de solutions alternatives dans l’entourage de la victime. Ces places d’hébergement peuvent directement être mobilisées par les gendarmes.

4 - Pour signaler les faits

Lors de votre accompagnement il vous sera expliqué que pour être reconnue comme victime et ainsi être mieux protégée, ou si vous souhaitez engager des poursuites judiciaires, il pourrait être nécessaire d’effectuer un dépôt de plainte, soit auprès des services de police ou de gendarmerie, soit en écrivant directement au Procureur de la République.

Les services de police et de gendarmerie de l’Hérault

Ils enregistrent votre plainte ou reçoivent votre déclaration.

Si vous ne souhaitez pas vous rendre en commissariat ou gendarmerie, ou si vous souhaitez être accompagné, vous pouvez contacter une Intervenante Sociale en Commissariat et Gendarmerie (coordonnées sur la carte ci-dessus).

Il existe également un service en ligne pour signaler une violence conjugale, sexuelle ou sexiste.

Vous pouvez dialoguer en direct 7j/7 et 24h/24 avec un policier ou un gendarme spécialement formé, échanger avec lui afin de signaler des faits de violences sexuelles et/ou sexistes dont vous êtes victime et pour lesquels vous êtes en recherche d'informations, de conseils ou d'assistance. À tout moment, l'historique de discussion pourra être effacé de votre ordinateur, téléphone portable ou tablette.

Pour y accéder cliquez ici

Des informations sur vos droits

Plusieurs spécialistes peuvent vous aider gratuitement à mieux connaître vos droits, la loi et les recours judiciaires existants.

 

Organisme Contacts Actions Site web Téléphone Informations complémentaires
Les Maisons de la justice et du droit (MJD)

1570 avenue des Platanes 34970 LATTES Tram ligne 3 direction Lattes, arrêt Boirargues

546 rue André Le Nôtre Quartier Celleneuve 34080 MONTPELLIER Tram Ligne 3 arrêt Celleneuve

1 rue des Caladons 34400 LUNEL

Espace Mirabel, rue de la Solidarité 34300 AGDE

7 Place de l'Hôtel de ville 34700 LODEVE

Lieux d'accueil, d'écoute et d'accès au droit. Dans chaque MJD, une greffière et une assistante sont présentes pour vous donner des renseignements juridiques ou vous orienter dans vos demandes http://www.cdad-herault.justice.fr/fr/actualites/les-lieux-de-la-justice-et-du-droit/les-maisons-de-justice-et-du-droit/

04 67 08 12 69

04 67 72 76 80

04 67 83 61 54

04 67 35 83 60

04 67 44 10 29

 
France Victime 34 Permanence dans 20 communes de l'Hérault. Contactez la plus proche de chez vous ! : Informations et conseils relatifs aux démarches juridiques. Des permanences sont proposées sur plusieurs https://francevictimes34.fr/ 04 67 60 61 78 (siège)

 

Association avocat et violence conjugales Montpellier Défendre, d’informer, d’orienter les victimes de violences conjugales. Permanence téléphonique https://barreau-montpellier.com/avocat-et-violence-conjugale/ 07 80 47 59 77  
Permanence « Intra familiale » des avocats du Barreau de Béziers Béziers Défendre, d’informer, d’orienter les victimes de violences conjugales. Permanence téléphonique d'avocats https://www.barreau-beziers-avocats.fr/8-liens-utiles/219-intrafamiliales-du-11-10-au-31-01-022.html 04 67 28 32 86  
           

Je suis témoin, comment réagir ?

En tant qu’ami, membre de la famille, collègue… vous serez peut être amené à côtoyer une personne victime de violences. Votre rôle peut être déterminant dans l’écoute, l’accueil et l’orientation de cette personne.

En libérant sa parole, vous lui permettez de sortir de l’isolement et d’être reconnue comme victime.

  1. CRÉEZ UN CADRE SÉCURISANT : essayer de lui parler en privé et de manière confidentielle.
  2. ADOPTEZ UNE ÉCOUTE ACTIVE ET BIENVEILLANTE : donnez du crédit à sa parole. Déculpabilisez et rassurez-la.
  3. ÉVALUEZ LA SITUATION POUR IDENTIFIER LE DANGER ENCOURU : n’hésitez pas à lui demander si elle a peur, si elle subit des menaces, des représailles, si elle est suivie... afin de repérer une éventuelle situation de danger.
  4. ORIENTEZ LA VERS LES STRUCTURES SPÉCIALISÉES : pour sortir des violences, un accompagnement spécialisé pluri-professionnel est essentiel : médico-social, psychologique, médical, juridique, au logement … A l’aide des coordonnées ci-dessus, incitez la à prendre contact avec un professionnel du Département. Le numéro national gratuit d’information 3919 est destiné aux personnes victimes mais aussi à leur entourage.
  5. RESPECTEZ SON CHOIX. Remettez-lui le numéro 3919 et/ou les coordonnées ci-dessus pour qu’elle puisse les contacter elle-même. Si elle ne veut pas porter plainte ou prendre contact avec les structures tout de suite, elle est décisionnaire. Grâce à votre aide, elle saura qui contacter quand elle sera prête.

Haut de page