Votre version de navigateur Internet n’est pas compatible.

Le navigateur en cours d’utilisation ne permet pas d’accéder à toutes les fonctionnalités du site.
Pour une meilleure expérience, utilisez la dernière version du navigateur de votre choix

Site du Département de l'Hérault

13 avril 2021

Thématiques Culture

Sculpteurs, plasticiens et artistes trouvent à la Scène de Bayssan à Béziers des conditions idéales pour produire leurs créations.

Parce que le marbre de Saint-Pons-de-Thomières fait la fierté du territoire, le
domaine de Bayssan s’est spécialisé dans l’accueil de sculpteurs en résidence.
Du 8 mai au 12 juin, des talents internationaux viendront réaliser des oeuvres
destinées à embellir les futurs Jardins de Méditerranée. Parallèlement, le soutien
à la création des arts vivants et visuels s’intensifie grâce à la mise à disposition
de nouveaux lieux de travail équipés. Au théâtre Michel Galabru et à la chapelle
s’ajoutent la villa David qui peut héberger sept artistes et l’espace Hervé Di Rosa
conçu pour les plasticiens. Entre mars et décembre, une dizaine d’artistes vont
être accueillis un ou plusieurs jours pour donner naissance à des spectacles.

Un temps privilégié

Bientôt en résidence à la Scène de Bayssan, la compagnie des Voisins du
dessus témoigne.

Du 3 au 13 avril, la compagnie les Voisins du dessus va peaufiner
« J’ai tellement de choses à te dire », nouveau spectacle jeune public sur le
thème de la transmission. La résidence ? « C’est un temps privilégié d’émulsion
créative pour les artistes et techniciens », confie Dominique Latouche, metteur en scène. La compagnie espère convier des scolaires du Biterrois à jouer à Bayssan et montrer aussi au public, le processus de création dans une exposition de dessins, costumes, photos, maquettes... Les premières représentations auront lieu fin septembre à Bayssan, avant d’aller à la rencontre des habitants dans une tournée du dispositif Scène en Hérault.

Alors on danse

Du 19 au 23 avril, la compagnie Futur immoral va travailler sur Kill Tiresias, au Théâtre d’O à Montpellier.

Contraint de déserter les plateaux, le secteur de la culture a le moral en berne. Être admis en résidence au Théâtre d’O à Montpellier constitue donc « un bonheur et une bouffée d’oxygène », pour Paola Stella Minni et Konstantinos
Rizos. Ces chorégraphes, l’une italienne et l’autre grec, se sont rencontrés à Montpellier pendant leur cursus de danse. Dans la foulée, ils ont créé un album de musique et la compagnie Futur immoral. Kill Tiresias est leur prochain spectacle imaginé pour des espaces ouverts. « Notre écriture va évoluer à partir d’une réflexion sur la voyance dans un spectacle où se mêleront musique
et arts plastiques. »

Toute l’actualité

Vous pourriez être intéressé(e) par…

Haut de page