Site du Département de l'Hérault

« Pour venir en aide aux victimes de violences, un véritable parcours est mis en place par les agents du Département et l’ensemble des partenaires : Etat, Procureur, CAF, monde associatif, police et gendarmerie, services sociaux ... De la prévention à l’accompagnement en passant par la mise à l’abri si nécessaire, une mobilisation globale répond de façon adaptée et sur mesure à chaque situation. » 
Patricia Weber, vice-présidente déléguée aux solidarités à la personne

Vidéo stop aux violences

Les intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie ( ISCG)

Dans le département de l’Hérault,  5 intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie sont déployés pour intervenir auprès des personnes victimes de violences conjugales.

Les ISCG contribuent  à la prise en charge et à la mise  à l'abri des personnes victimes de violence.

Ces travailleurs sociaux sont notamment chargés d'informer les victimes sur leur possibilité de saisir la justice, comme engager une procédure pénale ou civile après un dépôt de plainte, par exemple, ou encore de les mettre en contact avec des associations d’aide aux victimes.

Spécifiquement formés pour accompagner les victimes de violences familiales. Leur mission répond à la volonté du Département d'être au plus près des Héraultais dans des moments compliqués.

Vous pouvez prendre contact avec l’ISCG qui intervient sur votre secteur géographique

Groupement de gendarmerie secteur OUEST, 06 12 39 62 70

Groupement de gendarmerie secteur EST, 06 21 32 01 81

Commissariat de Sète, 06 83 78 34 29

Commissariat de Montpellier, 06 74 94 49 73

Commissariat de Béziers, 06 68 77 71 68

Les autres contacts utiles

  • Numéro national d’écoute et d’orientation ouvert du lundi au samedi de 9h à 19h :  3919 
  • pour une urgence, appelez le 17
  • pour une mise à l'abri, appelez le 115
  • pour signaler des violences en ligne http://service-public.fr/cmi

La plateforme d'écoute pour l'Hérault (centre Elisabteh Bouissonnade, Montpellier)

Née du partenariat entre le Département de l’Hérault, l’Etat, la CAF, la Métropole de Montpellier, la Ville de Montpellier et le Zonta Club, cette plateforme est joignable au 04 67 58 07 03 du lundi de 9h à 13h et du mardi au vendredi, de 12h à 17h (prix d'un appel local, appel anonyme). Relais du numéro national 39 19 dans l’Hérault, ce service propose une écoute, une orientation et un accompagnement avec possibilité d’accueil de jour (sans hébergement). Pour les femmes victimes de violences, c'est également un lieu où elles peuvent se réfugier avec leurs enfants, échanger et participer à des ateliers de création et d’écriture, un exutoire indispensable pour exorciser les angoisses dans cette démarche de réparation. En moyenne la plateforme reçoit 800 appels par an.

L’hébergement des victimes

La résidence Madeleine Delbrel accueille des mères isolées avec enfants de moins de trois ans.

Ce foyer d’hébergement d’urgence géré par l’association L’Avitarelle, à Montpellier, dispose de 55 places. 10 sont financées par le Département.

L’entrée est discrète mais étroitement surveillée.

« Les mères et enfants accueillis temporairement à la résidence nous sont envoyées par les travailleurs sociaux du Département »

explique Elisabeth Nice-Pointis, directrice adjointe.

« ce sont des personnes qui se retrouvent à la rue après des parcours de vie chaotiques, des violences ou des drames familiaux. Des situations d’urgence auxquelles se greffent parfois des inquiétudes sur de la relation mère-enfant. »

Au sein de la résidence, mères et enfants bénéficient d’un temps de pause salutaire de trois semaines, dans un environnement qui les sécurise. Le temps d’évaluer les besoins de la famille et de l’orienter vers un accompagnement social et professionnel ou sur un dispositif de protection de l’enfance.

L’équipe de la résidence Delbrel prend le relais, après un premier entretien avec l’assistant social de secteur. Pour Marion Vérin, éducatrice de jeunes enfants, l’objectif est de créer un climat de confiance avec les mamans et de dédramatiser le processus d’évaluation.

« La plupart du temps, la relation mère-enfants a été fragilisée par les accidents de la vie, la violence ou la précarité. Nous proposons des temps d’écoute et nous prodiguons des conseils sur l’hygiène, la sécurité et la parentalité. La plupart des mères s’en emparent. D’autres non. Mais dans tous les cas, des portes de sortie existent. »

Un centre d’hébergement dédié à Béziers

Jusqu’alors totalement dépourvu de structures adaptées, le grand Biterrois accueille depuis fin 2018 un centre d’hébergement d’urgence dédié aux victimes de violences conjugales et à leurs enfants. 

Le centre assure un accueil d’urgence 24h/24 et 7J/7. Il permet à la fois :

  • Une mise à l’abri des victimes de violences conjugales et de leurs enfants. Cet  accueil d’urgence permet de garantir la protection des personnes, l’écoute des victimes et une évaluation approfondie de leur situation.
  • Un accompagnement des femmes et de leurs enfants dans les démarches nécessaires à l’élaboration d’un nouveau projet de vie.

Les familles sont accueillies temporairement pour une durée pouvant atteindre 6 mois renouvelables une fois. Au-delà de la mise à l’abri, ce dispositif propose ainsi une démarche globale et pluridisciplinaire visant à réinsérer socialement ces femmes en grande difficulté psychologique, sociale et financière. Durant leur hébergement, les pensionnaires sont suivies dans le cadre d’un accompagnement en partenariat avec le CIDFF qui mettra à disposition du centre d’hébergement un psychologue, un juriste et un conseiller en insertion professionnelle.

L’admission au centre se fait uniquement sur orientation d’un service habilité :

  • Le service social du Département ;
  • Les travailleurs sociaux intervenant au commissariat et gendarmerie sur l’Ouest Hérault ;
  • Le CCAS de Béziers ;
  • Le service social du centre hospitalier de Béziers ou tout autre établissement de santé disposant d’un service d’urgence sur l’Ouest du département.
  • Les forces de l’ordre en cas de mis à l’abri en urgence

Pour lutter contre les violences conjugales, le travail en réseau est nécessaire

Il existe 9 réseaux de lutte contre les violences faites aux femmes sur le département l’Hérault.

Ces instances regroupent l'ensemble des acteurs institutionnels et associatifs des domaines sanitaires, sociaux, préventifs, éducatifs, judiciaires. Ensemble ils travaillent à repérer les besoins, mettre en œuvre des actions communes et améliorer leurs pratiques professionnelles. Les réseaux organisent leur action autour de commissions thématiques. Ils créent ainsi des espaces de rencontre et de coopération, de mise en cohérence, d'innovation et de créativité. Les commissions fédèrent la participation des acteurs professionnels et associatifs, qui partagent leurs observations et impulsent des projets.

 

Nom du réseau

Secteurs concernés

Animé par

Agde Agde / Pézenas CIAS (CEntre Intercommunal d'Action Sociale)Réseau santé ville
Bassin de Thau ADS Bassin de Thau/ ADS Thau Littoral Association Via Voltaire
Béziers Méditerranée Béziers Agglomération Béziers Méditerranée
Coeur d'Hérault Lodève / Gignac / Clermont l'Hérault Association Via Voltaire
Lunellois ADS Lunellois CIDFF
Montpelliérain Montpellier / Pignan / Lattes Association Via Voltaire
Pays de L'Or ADS Etang l'or CIDFF
Pic sr Loup/Gangeois ADS Pic St Loup Gangeois CIDFF
Les Hauts Cantons Bédarieux, Saint-Pons-de-Thomières, Cazouls-les-Béziers CIDFF
Haut de page