Site du Département de l'Hérault

L'Hérault : une mosaïque paysagère aux multiples facettes

Si l‘on prend le temps d’observer les paysages de l’Hérault, la rencontre se fait…Celle d’un regard posé sur un territoire qui nous raconte une histoire :

  • d’abord géologique, qui a façonné un vaste balcon tel un amphithéâtre tourné vers la mer méditerranée où se côtoient montagnes, garrigues, plaines et littoral,
  • puis humaine, où l’Homme a sculpté et sculpte encore les paysages, jouant avec les reliefs, les roches, les cours d’eau, les montagnes, les plaines pour domestiquer ces espaces à l’instar de la garrigue, née de la main de l’homme.

Le résultat est une exceptionnelle mosaïque de paysages, comme autant de témoignages de l’évolution naturelle et artificielle de notre département.

MAIS AU FAIT, C’EST QUOI LE PAYSAGE ?

La première définition du paysage le désigne comme « étendue de pays que l’œil peut embrasser dans son ensemble».

Aujourd’hui, le paysage fait l’objet de nombreuses définitions, dont la principale est celle de la convention européenne du paysage :

C’est une partie de territoire telle que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations 

Le saviez-vous : le mot "paysage" apparaît en France au XV° siècle pour désigner l'arrière-plan d'un tableau

CONNAITRE LE PAYSAGE POUR AGIR

le département de l'Hérault, fait rarissime, propose à lui seul un panorama de toute l'histoire de la terre. Nul autre n'offre, en effet, la juxtaposition de paysages aussi divers, s'échelonnant des montagnes à la mer, en d'infinies nuances de couleurs comme de formes, reflets des événements titanesques qui les ont façonnés. (Extrait de la description de l’ouvrage « Hérault miroir de la Terre » - Texte de Martine Ambert - Photos de Henri Comte et Claude Bertrand - 160 pages) Co-éditions BRGM et Presses du Languedoc - 2004

Six grands ensembles paysagers peuvent être observés : 

Le littoral :

C. Cambon
Le lido du petit travers (crédit photo C. Cambon)
Un mince et fragile cordon sableux, appelé lido, accroché à des promontoires rocheux, dessine le trait de côte de notre littoral qui s’étend entre Vendres et la Grande-Motte. Sa formation a permis d’isoler un vaste complexe de lagunes et étangs, support de nombreuses activités et qui a été fortement urbanisé durant les années 60 avec  la mission RACINE. Ses zones humides et ses lagunes constituent un patrimoine naturel et paysager unique en France.

M. Alexandre
Paysage de lagune près de Saint Nazaire de Pezan (crédit photo M. Alexandre)

M. Alexandre
La zone humide de la crique de l’Angle avec vue sur le Mont saint Clair (Crédit photo M. Alexandre)

Les plaines et collines

D’est en ouest, de grandes plaines séparent le littoral de l’arrière-pays. Elles sont drainées par les rivières et cours d’eau du département : l’Hérault, le Libron, l’Orb et tout un chevelu de petits cours d’eau temporaires. La faiblesse des reliefs a favorisé le développement de l’activité agricole, avec une forte présence de la vigne. Mais elle a aussi permis le passage des grandes infrastructures routières et ferrovières,  et a conduit à une urbanisation dilatée.

Les garrigues 

Sur les premiers reliefs calcaires, des siècles de défrichement, de brûlage et d’exploitation du bois, se sont soldés par la disparition quasi complète de la forêt primaire, où régnaient en maîtres chênes verts et chênes blancs. A la fin des années 50, c’est un paysage ouvert, aride et caillouteux qui s’offre au regard et compose la garrigue. Depuis, la déprise agricole ouvre la porte à une reforestation naturelle qui modifie les paysages.

Dans ce grand ensemble de garrigue, la dent du Pic Saint-Loup émerge de façon spectaculaire et constitue le paysage emblématique des garrigues Héraultaises.

M. Alexandre
Vue depuis le Pic Baudille vers l’Hortus et le pic Saint-Loup en arrière-plan (Crédit photo M Alexandre)

C. Cambon
Vue sur le pic Saint-Loup (crédit photo C. Cambon)

Les piémonts

Le piémont constitue cet ensemble de plaines et de collines qui se succèdent et s’entremêlent au pied des massifs et contreforts montagneux. Les bas-reliefs des avants-monts et les dernières vignes accrochées aux collines composent un paysage égayé par les villages, posés ça et là comme des repères.

Zoom sur …la toscane languedocienne

C’est un paysage de vignes qui s’offre à vous, partout où se pose le regard, sur les collines, dans les plaines, sur les moindres parcelles de terre cultivables. Les amandiers, figuiers, rosiers et pins souvent l’accompagnent. Façonné par la main experte des vignerons depuis l’époque romaine, ces espaces, lovés entre Méditerranée et Caroux, sont le berceau de la viticulture régionale.

MDE
Les vignobles du Biterrois (crédit photo MDE)

La montagne cristalline

Bordure méridionale du massif central avec des monts dépassant 1000 mètres, la moyenne montagne de gneiss, schiste et granite (d’où le nom de cristalline) bénéficie d’un climat plus frais et humide. Celui-ci favorise les lacs, les hautes futaies et les vastes landes d’où jaillissent des rochers insolites.

SBEN
Lac de Vezoles (crédit photo SBEN)

Le causse et la montagne calcaire

Au nord, les grands reliefs calcaires constituent des ensembles paysagers où l’eau a sculpté la roche de lapiaz, colonnes, gorges et cavités. Ces paysages, arides et marqués par le pastoralisme, prennent des allures de steppes.

M. Alexandre
L’Hérault, depuis la D122, a entaillé en gorge le massif calcaire de la Séranne (Crédit photo M Alexandre)

M. Alexandre
Paysage de steppe au pied du Pic Baudille, à gauche en arrière –plan (crédit photo M. Alexandre)

M. Alexandre
Drôles de rochers « TIKI » dans la vallée de la Buèges (crédit photo M. Alexandre)

Pour aller plus loin : Le département de l’Hérault a fait l’objet d’une étude globale de ses paysages, qui a permis d’établir l’atlas des paysages.
Cet atlas comprend quatre grandes parties :

  • L’organisation des paysages, qui brosse un aperçu de leur diversité et présente leur organisation en « 6 grands ensembles » et « 37 unités de paysage »,
  • Les fondements des paysages, qui expliquent les origines de cette diversité, sur des bases géographiques et naturelles, historiques et culturelles,
  • Les unités de paysage, qui situent chaque paysage, décrivent ses caractéristiques et dressent une analyse critique de son état,
  • Les enjeux majeurs, qui font état des dynamiques des dernières décennies ou années encore en cours, et mettent en avant des propositions de prise en compte des paysages.

Accédez à l'atlas des paysages du Département de l'Hérault

L’OBSERVATOIRE PHOTOGRAPHIQUE DES PAYSAGES

Lancé en 1991 par le ministère de l’environnement, l'objectif était de

constituer un fonds de séries photographiques qui permette d’analyser les mécanismes et les facteurs de transformations des espaces, ainsi que les rôles des différents acteurs qui en sont la cause, de façon à orienter favorablement l’évolution du paysage.

L’Observatoire Photographique du Paysage s’appuie sur la réalisation, à différents intervalles de temps, de photographies d’une même partie de territoire dans les mêmes conditions techniques (angle de prise de vue, cadrage, focale…).

Dans cette optique, le Département de l’Hérault lance, en 1992, la première mission de prises de vues réalisées par le célèbre photographe Raymond Depardon. Parmi les 150 clichés, 53 ont été retenus pour constituer l’itinéraire de l’observatoire photographique des paysages de l’Hérault.

Cet observatoire est riche de 28 ans de clichés permettant de poser un regard  sur l’évolution de notre département. C’est le CAUE 34 (Conseil d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement) qui assure aujourd’hui la mission de reconduction photographique.

Extrait de l’observatoire photographique des paysages n°30 le Poujol sur Orb

Vous pouvez retrouver en ligne l’ensemble des photographies de l’observatoire photographique des paysages de l’Hérault, sur le site du CAUE 34 :
https://www.caue34.fr/observatoire-photographique/

A découvrir : la vidéo de la conférence paysages (Bas Smets et Frédéric Hébraud, le 12 décembre 2013 à Pierresvives) : https://pierresvives.herault.fr/vid%C3%A9o/perspectives-paysages

LES PAYSAGES DANS LA POLITIQUE DEPARTEMENTALE

Les paysages et leur diversité de notre département sont un atout majeur de son attractivité.

Mais ces paysages sont aussi menacés par la présence humaine qui les grignote petit à petit, les banalise et les dénature.

Ces menaces sont à l’origine de la prise de conscience, à l’échelle européenne et française, de la nécessité de préserver nos paysages, « patrimoine commun de la nation » et de les intégrer dans toutes les politiques d’aménagement du territoire.

Le Département, acteur majeur du devenir de son cadre de vie

Le département vit une période de « décapitalisation paysagère » progressive, de banalisation de l’espace, de standardisation des aménagements.

(Extrait du schéma départemental du tourisme et des loisirs de l’Hérault 2018-2021).

Préserver la qualité de vie par un développement équilibré et réfléchi, en intégrant la préservation et la valorisation de ses paysages, voilà le défi du Département de l’Hérault.

C’est pourquoi, le Département s’est engagé dans une politique de préservation des paysages qu’il décline dans ses différents schémas et programmes * :

  • Le schéma départemental de développement du tourisme et des loisirs,
  • Le schéma des espaces naturels sensibles,
  • La stratégie Hérault Littoral,
  • Le programme routes durables,
  • L’accompagnement des collectivités, syndicats mixtes dans l’élaboration de plans de paysages, et les démarches Grand Site de France.

* Retrouvez les objectifs et les actions en faveur des paysages en cliquant sur les liens de chaque programme ou schéma.

Haut de page