En raison de la crise sanitaire, tous les points d'accueil physique de la MDA (Maison Départementale de l'Autonomie) sur le territoire héraultais sont fermés pour une durée indéterminée

+ d'infos
Site du Département de l'Hérault
Cordulie à corps fin

En 2018, 28 % des 96 951 espèces étudiées sont menacées, dont 40 % des amphibiens, 25 % des mammifères, 14 % des oiseaux, 31 % des requins et raies, 34 % des conifère. Source Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)

20% de ces espèces menacées ou en danger sont présentes sur le territoire national métropolitain.

Dans l’Hérault, le Département concentre ses efforts sur la gestion exemplaire des espaces naturels départementaux, dans un souci d’équilibre des usages et d’un l’accueil du public adapté à la fragilité de certains milieux. La connaissance des milieux, de la faune et de la flore par les inventaires, la sensibilisation du grand public et des scolaires, ainsi que celle des agents du Département, par la pédagogie à l’environnement, sont également au cœur des préoccupations départementales.

L’aide aux communes et intercommunalités dans la mise en œuvre de projets en faveur des espaces naturels, au monde de la recherche ou les travaux des agriculteurs désireux de favoriser la biodiversité sur leurs exploitations vient étoffer les actions départementales.

La biodiversité, qu’est-ce que c’est ?

La biodiversité désigne la diversité de l'ensemble des formes du vivant. Elle comprend la diversité des écosystèmes, diversité des espèces, diversité génétique. L’observer, l’étudier permet d’apprendre et de comprendre le fonctionnement et l’interaction de l’ensemble des êtres vivants entre eux.

On dénombre aujourd’hui 300 000 espèces de végétaux et plus d’un million d’animaux dans le monde, une liste qui s’allonge tous les jours et à laquelle il faut ajouter les règnes des invertébrés, des champignons, des bactéries dont le recensement, quasi-impossible, relève d’un travail de titan !

Publications sur la biodiversité pour aller plus loin :

Particularité des menaces sur la biodiversité en Hérault

La France compte 5 des 34 points chauds ou « HOT SPOT » de la biodiversité mondiale (là où elle est la plus riche). Le pourtour méditerranéen dont fait partie l’Hérault est l'un d'entre eux.

L’Hérault avec son gradin paysager, comme un véritable amphithéâtre de la mer à la montagne, l’Hérault recèle une importante mosaïque de milieux, et une biodiversité exceptionnelle (70% des espèces recensées nationalement, sont représentées dans le département).  La forte progression et les effets du changement climatique accentuent donc les menaces sur la biodiversité.

Droséra petite plante carnivore
Droséra petite plante carnivore : X. Boutolleau
Droséra, petite plante carnivore (crédit photo X. Boutolleau)

La nature ordinaire, une composante essentielle de la biodiversité

Ambiance d’automne d’une nature ordinaire (crédit photo X. Boutolleau)

Les espèces rares ou en voie d’extinction sont souvent celles qui viennent à l’esprit lorsque l’on pense à la biodiversité.

Et pourtant la nature dite ordinaire, composée d'espèces communes ou "banales" (dans un coin de pelouse, un parc urbain, une bordure de route, un jardin, ...) est  aussi importante dans l’équilibre des écosystèmes.

Pourquoi s'en préoccuper ?

Iris nain dans la garrigue (crédit photo X. Boutolleau)

L'homme dépend fortement de tous ces écosystèmes pour se nourrir, se soigner, s'hydrater, respirer...la biodiversité participe à notre santé, à l'éducation, à la diversité culturelle... à notre bien-être. Elle rend des services écologiques.

L’Homme est en train de changer radicalement, et jusqu' à un certain degré, de manière irréversible, la diversité biologique sur la planète, et la plupart de ces changements constituent une perte de biodiversité. Source Millennium Ecosystem Assessment (2005)

Les états, les collectivités, les scientifiques, la société civile et chaque citoyen sont concernés par la nécessité de préserver la biodiversité. 

Pour aller plus loin sur les services écologiques rendus par la biodiversité : https://uicn.fr/

Comment agit le Département ?

Le Département est propriétaire de plus de 120 espaces naturels (environ 8 000 ha), acquis et entretenus dans le cadre de sa politique de préservation et de valorisation des Espaces Naturels Sensibles (ENS).

Ces sites constituent un important levier du développement durable, car ils participent à :

  • la gestion et la conservation de la biodiversité ;
  • la limitation des pollutions et des aléas naturels ;
  • la lutte contre l’étalement urbain et la préservation de poumons verts en périphérie des grandes agglomérations ;
  • le maintien de la qualité paysagère ;
  • le maintien ou l’installation d’activités pastorales et agricoles ;
  • la lutte contre les incendies.

Cascade de Vesoles –Riols (crédit photo X. Boutolleau)

Ils contribuent également à l’amélioration de la qualité de vie des héraultais et des visiteurs, ils ont un rôle social de par leur ouverture gratuite au public et permettent à chacun de pouvoir librement y pratiquer des activités de pleine nature : randonnée, vélo, promenade équestre, ou simple contemplation, ces sites sont des espaces de nature et de respiration entretenus par le Département pour le bien être de chacun.

Au-delà de la maîtrise foncière de ces espaces naturels, l’action du Département est plus large et s’articule autour de la connaissance, la préservation et la gestion.

Découvrez les espaces naturels sensibles du département de l’Hérault.

Quelques actions témoins de l’engagement du Département en faveur de la biodiversité ordinaire

AGRICULTURE ET BIODIVERSITE

La prise en compte des pratiques environnementales dans les exploitations agricoles est une tendance forte, clairement affichée dans les orientations nationales et européennes.

Afin de contribuer à cette démarche, le Département a décidé, dans le cadre de sa politique agro-environnementale, d’accompagner les agriculteurs dans la mise en œuvre d’actions en faveur des milieux naturels et de la biodiversité, sur les parties non productives de leurs exploitations, comme par exemple :

  • la plantation de haies,
  • la restauration ou la reconstitution de ripisylves,
  • la création de fossés,
  • le creusement ou l'entretien de mares,
  • la réouverture de milieux,
  • la plantation ou le remplacement d’arbres isolés.

Chaque projet est précédé d’un auto-diagnostic écologique permettant aux agriculteurs de prendre conscience des zones de leurs exploitations ayant une valeur écologique, et des actions à mettre en œuvre pour la maintenir ou la développer.

PLAN ABEILLES ET POLLINISATEURS

Ruches à Restinclières (Crédit photo MDE)

La pollinisation par les insectes (abeilles domestiques, abeilles sauvages, syrphes, papillons, …) est un service rendu par la nature, indispensable à la survie des trois quarts des espèces de plantes à fleurs, y compris des espèces agricoles.

Lancé en 2016, le « Plan abeille et pollinisateurs 34 »  vise à promouvoir ces insectes en tant que pollinisateurs d’espèces végétales sauvages et cultivées.

Il a été reconduit pour la période 2019-2021.

X. Boutolleau
Abeille domestique sur une fleur de lierre (Crédit photo X. Boutolleau)

X. Boutolleau
Abeille sauvage (Colette du lierre) sur une fleur de lierre (crédit photo X. Boutolleau)

Au travers de la Maison départementale de l’environnement, c’est sur le terrain de la sensibilisation et de l’éducation à l’environnement que le Département agit : organisation de manifestations, conférences, expositions, ateliers à destination des publics scolaires, collégiens, grand public et même agents départementaux…

Rhinolophe dans la grotte de Julio à Saint Vincent d’Olargues- (crédit photo R. Majurel)

UN ABRI POUR LES CHAUVES-SOURIS

S’il existe de nombreux nichoirs pour oiseaux, très peu sont conçus pour les chauves-souris. Depuis quelques années, le Département de l’Hérault mène des actions afin de protéger ce petit mammifère si décrié et pourtant si utile !

Une des opérations consiste à mettre à disposition des abris à chiroptères, auprès d’agriculteurs engagés dans une démarche en faveur de la biodiversité. À l’échelle de leur exploitation, ils  favorisent notamment cet auxiliaire agricole, très précieux dans la lutte contre les ravageurs des cultures. 35 % des abris suivis par le Département, avec le concours de l’association Groupe Chiroptères Languedoc-Roussillon (GCLR), sont occupés par ces petits mammifères une partie de l’année.

Apprenez à mieux les connaître avec la plaquette
"Un abri pour les chauve-souris"- 4.54 Mo (lien vers plaquette)
Mode d'emploi pour construire son abri à chauve-souris- 6.53 Mo (lien vers plaquette)
Tutoriel réalisé par le Département pour se lancer seul dans la fabrication d’un abri à chauve-souris https://www.dailymotion.com/video/x5jl2xw

SOUTIEN AUX ASSOCIATIONS ENVIRONNEMENTALES

Parce que l’éducation à l’environnement est le meilleur outil pour faire comprendre et partager avec le plus grand nombre les enjeux environnementaux et de transition écologique, le Département aide de nombreuses associations dont les actions à portée pédagogique ou  scientifique permettent de sensibiliser et modifier les comportements, ou concourent à la connaissance (inventaires participatifs, atlas de biodiversité,…)

En savoir plus en consultant la rubrique « Accompagner les porteurs de projets »

PROTEGEONS NOTRE BIODIVERSITE : Ne piétinons pas les jeunes pousses, ne coupons pas inutilement les branches et les fleurs, ne dérangeons pas les animaux par notre bruit, ne souillons pas ces merveilleux espaces de nos déchets.

Une biodiversité exceptionnelle à préserver. A gauche, un Gazé ; à droite, les rives de l’Arn  (crédit photo SBEN)

Ressources

Construire Abris Chauve Souris pdf - 6.53 Mo

Abris Chauve Souris pdf - 4.54 Mo

Synthèse SDENS34 pdf - 9.46 Mo

Plan d'action - SDENS 34 pdf - 7.03 Mo

Diagnostic - SDENS 34 pdf - 29.03 Mo

Bilan évaluatif SDENS 34 pdf - 4.43 Mo

Haut de page